Volg ons op
Facebook icon
Twitter icon

Blog > Les moments forts du Salon CES 2019 de Las Vegas

 

Succès garanti auprès du grand public et véritable jardin d’Eden de l’informaticien, le Consumer Electronics Show ou CES est le moment phare de l’année du numérique depuis 1967. Il se consacre uniquement aux consumer technologies, c’est-à-dire aux produits qui sont disponibles au public. Les technologies issues de la recherche et développement n’y sont donc pas représentées.

Alors, qu’est-ce que nous y retrouvons ?

 

 

Concernant Le Internet of Things (IoT), le Salon présentait l’évolution des investissements en IoT de par le monde avec quelques villes phares. Ericsson montrait en détail l’évolution des connexions numériques à la suite de tous ces objets connectés qui rendent l’IoT possible (d’où le terme Internet of Things qui y est… connecté),

 

Tous ces produits qu’on peut porter (les « wearables ») ; Apple et sa ‘watch’ ainsi que toutes les autres montres connectées, les wearables dans le sport. Y figuraient également le multimédia (les caméras « drones »), le casque de réalité virtuelle et les jeux pour enfants,

La domotique - eh oui, encore et toujours, même si aujourd’hui ça s’appelle le « Smart Home » ou la « Maison connectée ».

Les sous-catégories sont évidemment légion et les applications le sont tout autant : litière connectée, verrou connecté, miroir connecté dans la salle de bains – tout est potentiellement… connectable et connecté,

 

Un autre point de mire du CES ; tout ce qui touche à la santé (« healthcare ») et surtout ces objets connectés que sont les medtecs. On y a vu toutes ces solutions liées au sommeil ; les oreillers refroidissants, les casques d’entraînement cérébral, les outils offrant la chromothérapie et la sophrologie, le snore stopper et autre Go2Sleep qui permet de capter la qualité de votre sommeil et d’en envoyer les résultats dans le nuage numérique,

 

Les drones et l’avènement du Lidar ou télédétection par laser, acronyme de l'expression en langue anglaise « light detection and ranging » ou « laser detection and ranging »,

 

La robotique ; on y a surtout parlé du manque d’avancement de par l’absence de réelle intelligence (artificielle), le besoin de capteurs plus sophistiqués, moteurs et batteries bien plus avancés que la science ne permette pour l’instant, sans oublier la sécurité.
Quoi d’autre ? Les robots qui font leur incursion dans le monde des sex toys et la robotique des services à domicile pour personnes âgées,

 

Les transports et la mobilité ; on parle là évidemment des véhicules autonomes mais aussi du marché des smartphones. Si ce marché a atteint sa maturité depuis deux ans déjà, de nouvelles applications et/ou technologies se targuent de jouer un rôle, telle l’intelligence artificielle ou l’image en 3D,

 

La réalité virtuelle et la réalité augmentée se voient désormais agrémentées d’un nouveau terme : la réalité mixte, combinaison des deux. Le CES montre une panoplie de casques de réalité virtuelle. Et si c’est le jeu vidéo qui en bénéficie en majeure partie, il y a de plus en plus d’applications professionnelles telles les simulations, la formation et la santé. Une application Caltech montre aussi comment la réalité mixte peut aider les aveugles,

A propos du gaming, ce sont surtout les nouveaux processeurs, claviers et autres cartes graphiques aux propriétés nouvelles qui défrayent la chronique.

Autre moment fort : le « Immersive Therapy », sorte de combinaison du Jeu Sérieux et de la réalité mixte.

 

 

Puis il y a encore…

  • L’impression en 3D qui n’a pas encore trouvé le chemin vers le grand public à cause de ses coûts encore exorbitants,
  • L’audio et la vidéo où l’on retrouve entre autres, les télés en 4K et 8K avec la bataille annuelle entre Samsung et LG Electronics et leurs télés OLED,
  • La téléphonie  5G dont l’arrivée en Belgique se fera encore un peu attendre (à lire ici),

Un article ne suffira pas à vous informer de l’étendue des nouveautés présentées au salon CES. Nous reviendrons en juillet prochain sur ce qu’on disait au CES à propos de l’Intelligence Artificielle pour poursuivre ce parcours de découverte. Nous publions un Cahier Evoliris au sujet de l’Intelligence Artificielle fin 2019.

Dites m’en plus !

 

 

Luc